[Total : 3    Moyenne : 4.7/5]

La Myrtille bio antioxydant naturel puissant.

Nom latin:

Vaccinium myrtillus.

Noms communs:

myrtille, myrtille commune, airelle.

Propriétés:

Antioxydant, anthocyanosides peut améliorer la fragilité capillaire (fin vaisseaux sanguins) et améliore le flux sanguin. Anti-fongiques, anti-bactériennes, anti-inflammatoire, antihistaminique.

Indiqué pour:

A le potentiel pour la prĂ©vention de la thrombose et de peut inverser les “attaques” de l’angine de poitrine, pour prĂ©venir l’athĂ©rosclĂ©rose le cholestĂ©rol, rĂ©tinite pigmentaire, hĂ©morroĂŻdes, les bleus, la cataracte, la circulation sanguine, le diabète, la diarrhĂ©e, la cĂ©citĂ© la rĂ©tinopathie, les varices.

Utilisations:

Tue ou inhibe la croissance des champignons, des levures et des bactéries. Elle élimine aussi les protozoaires Trichomonas vaginalis. Empêche la fragilité capillaire et améliore la vision.
La myrtille contient anthocyanosides lesquels sont de puissants antioxydants qui renforcent les vaisseaux sanguins et les capillaires, amĂ©liore les globules rouges, stabilise le collagène des tissus tels que les tendons, les ligaments et le cartilage et il a des effets hypocholestĂ©rolĂ©miants. Ils augmentent Ă©galement les pigments qui permettent Ă  la rĂ©tine de l’oeil de tolĂ©rer la lumière. En outre, il contribue Ă  maintenir la flexibilitĂ© des globules rouges, ce qui leur permet de passer Ă  travers les capillaires et de fournir l’oxygène. Étant donnĂ© que les yeux ont une forte concentration de capillaires la myrtille peut ĂŞtre particulièrement utile dans l’amĂ©lioration de la vue. La myrtille a prouvĂ©e qu’elle pouvait amĂ©liorer la vision de nuit, la lenteur de la dĂ©gĂ©nĂ©rescence maculaire, prĂ©venir la cataracte et la rĂ©tinopathie diabĂ©tique. Elle est Ă©galement utilisĂ©e pour amĂ©liorer les varices et comme anti-vieillissement grace a des effets sur la structure du collagène.

Les problèmes de sang contenu dans les veines des jambes peut conduire Ă  des varices ou des plaies sur les jambes. Plus grave, il peut en rĂ©sulter des caillots sanguins dans les jambes. Parce que la myrtille peut renforcer les parrois de tous les vaisseaux sanguins dans l’organisme, elle peut ĂŞtre utilisĂ©e en prĂ©vention et Ă©galement soulager les hĂ©morroĂŻdes.


[Total : 2    Moyenne : 4.5/5]

La Myrtille bio antioxydant naturel puissant.

– Origine :
Vaccinium angustifolium est appelée bleuet nain du Canada, elle provient uniquement des Etats-Unis et du Canada. Ses cousines peuvent pousser en Europe ou encore en Asie, mais essentiellement dans les zones montagneuses (Vosges, Alpes, Auvergne…).

– Le marchĂ© actuel :
Les Etats-Unis et le Canada se partagent la production mondiale de cette variété de myrtilles bio, et notamment le Québec qui cultive ce bleuet depuis très longtemps, mais la majorité de la production actuelle est destinée à l’exportation, notamment vers le Japon.

– PropriĂ©tĂ©s organoleptiques :
La myrtille bio est une petite baie globuleuse, d’une couleur violacée proche du noir. Son goût est doux, sucré et légèrement acidulé, mais il peut varier, comme la taille de la baie, en fonction de la variété de myrtille bio.

– Applications agro-alimentaires :
Les utilisations de la myrtille bio sont nombreuses et variées, on peut par exemple en faire de la confiture, du jus, du sirop, des glaces, des sorbets ou encore l’inclure dans la préparation d’une tarte, d’un clafoutis ou d’un muffin. Les plus grosses baies peuvent perdre leur couleur à la cuisson, mais les autres variétés, comme Vaccinium angustifolium sont assez petites pour ne pas subir d’altération.
On la transforme aussi en liqueur, tisane ou encore en eau de vie (kirsch).

– Valeurs nutritives :
Riche en tanins, vitamines et oligo-éléments, c’est un fruit à faible valeur calorique. Ses vertus médicinales ne se limitent pas aux baies, les feuilles peuvent être utilisées pour la préparation d’infusions. Ses propriétés antioxydantes naturelles en font une baie réputée et consommée régulièrement en tant qu’alicament. On lui accorde parfois des vertus anti-inflammatoires ainsi qu’une action positive sur la vue et sur la mémoire.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La Myrtille bio antioxydant naturel puissant (vaccinium myrtillus) est le remède des jambes lourdes et des varices, elle soigne les hémorroïdes et les troubles capillaires.

Elle est employé dans l’irritation de la muqueuse buccale et des effets sur le système digestif du aux antibiotiques. La myrtille améliore la vision de faible luminosité, les problèmes de glaucome, de la dégénérescence de la macula et de la cataracte. Elle est bénéfique comme antiseptique de la colibacillose, l’entérite aiguë et la fièvre typhoïde.

Noms communs :Myrtille, bleuet.
Nom latin :Vaccinium myrtillus (myrtille), Vaccinium myrtilloides (bleuet), Vaccinium angustifolium (bleuet).
De la famille :Famille des éricacées.
Nom anglais :Bilberry (myrtille), blueberry (bleuet).
Nom allemand :Heidelbeeren.
Nom espagnol :Arándano.
Nom italien :Mirtilo.
Nom portugais: Mirtilo.
Propriétés thérapeutiques :La myrtille tonifie les vaisseaux sanguins et donne à ce fruit une efficacité certifié pour traiter les jambes lourdes et les varices, les hémorroïdes et les troubles capillaires.

Myrtille bio un trésor pour la santé

Myrtille bio un trésor pour la santé

Ces mĂŞmes substances expliquent l’action de la myrtille sur certains troubles de la vision vasculaires rĂ©tiniens, la composante vasculaire du glaucome, cataracte, etc. Mais, surtout, ils amĂ©liorent très nettement la vision en basse lumière et rendent ainsi de prĂ©cieux services aux routiers et aux pilotes d’avion. La preuve scientifique de l’action des myrtilles sur les pathologies oculaires remonte aux annĂ©es 1980. Les pouvoirs antioxydants de la myrtille sont Ă  l’origine des effets protecteurs et bĂ©nĂ©fiques.

Les expĂ©rimentations des auteurs contemporains ont confirmĂ© les propriĂ©tĂ©s antiseptiques et astringentes des fruits sĂ©chĂ©s (frais, ils se montrent lĂ©gèrement laxatifs). Bernstein Ă  prouvĂ© que la dĂ©coction de baies stĂ©rilise les cultures du Bacille d’Eberth et d’Escherichia coli, d’oĂą son emploie dans la colibacillose, l’entĂ©rite aiguĂ« et mĂŞme la fièvre typhoĂŻde.
On a souvent obtenu d’excellents rĂ©sultats dans les diarrhĂ©es rebelles, en particulier pour traiter les diarrhĂ©es infantiles.
La Commission E Allemande valide cet usage et prĂ©conise, par ailleurs, la myrtille en cas d’irritation de la muqueuse buccale. Elle est efficace aussi dans les troubles digestifs causĂ©s par certains antibiotiques (aurĂ©omycine, terramycine).

Le jus de myrtille possède la capacitĂ© Ă  restaurer la mĂ©moire, elle possède aussi la myrtille d’autres vertus telles que prĂ©vention de la dĂ©gĂ©nĂ©rescence de la macula, amĂ©lioration des fonctions motrices, protection des tissus du cerveau, prĂ©vention du cancer, prĂ©vention de l’athĂ©rosclĂ©rose, des crises cardiaques et des accidents vasculaires cĂ©rĂ©braux.

Il est certains qu’après cela, s’il y a de la tarte Ă  la myrtille au menu je pense que vous la mangerez d’une tout autre façon.
Principaux constituants :Les feuilles de la myrtille renferment des acides-phĂ©nols, des flavonoĂŻdes, des traces d’alcaloĂŻdes quinolizidiniques, des proanthocyanidols et du catĂ©chol. Les fruits quand Ă  eux sont riches en glucides, en acides organiques (acides citrique et malique, alcaloĂŻdes indoliques, anthocyanosides glucosides du delphininol, du cyanidol, du malvidol et du pĂ©tunidol), en tannins, bases quinolizidiniques, en vitamines hydrosolubles B1 et C et en proanthocyanidols.
Utilisation traditionnelle :C’est Dioscoride, le premier qui vanta les propriĂ©tĂ©s mĂ©dicinales qu’il donnait pour combattre la dysenterie et resserrer le ventre.
Sainte Hildegarde, au Moyen Age, la trouvait bonne pour provoquer, faciliter ou augmenter les règles.
Arnaud de Villeneuve lui accorda dans son « RĂ©gimen Sanitatis » (rĂ©gime sanitaire) des vertus anti hĂ©morroĂŻdaires et conseilla, pour les guĂ©rir, de s’assoir sur un coussin de feuille de myrtilles et de roses bouillies.
Au XVIII siècle, on la conseilla contre les diarrhées et la dysenterie.
On mettait aussi Ă  profit les propriĂ©tĂ©s astringentes de la myrtille en l’utilisant contre les stomatites, les aphtes, le muguet des enfants.
Mais c’est en fait dans le domaine de la putrĂ©faction intestinale que la mĂ©decine populaire continua Ă  l’utiliser.
Recherche :DiffĂ©rentes Ă©tudes ont Ă©tĂ© menĂ©es et ont dĂ©montrĂ© que la myrtille Ă©tait appropriĂ©e pour le ralentissement de l’apparition des maladies cardiovasculaires.
D’autres ont confirmĂ© ses propriĂ©tĂ©s antidiabĂ©tiques (intolĂ©rance au glucose), une protection anti-inflammatoires et antioxydants sur les problèmes liĂ©s au vieillissement.
Origine :Les myrtilles poussent sur le myrtillier, un sous-arbrisseau de 20 Ă  60 cm de hauteur, formant des tapis denses dans les bois et les landes des terrains siliceux, surtout en montagne et dans les rĂ©gions septentrionales. On le rencontre dans le centre et le Nord de l’Europe, en Asie et en AmĂ©rique borĂ©ale.
Ses nombreux rameaux dressĂ©s, anguleux, verts portent de petites feuilles luisantes et ovales, finement dentĂ©es, et des fleurs en grelot, colorĂ©es de vert et de rouge, solitaires ou par deux Ă  l’aisselle des feuilles, qui donnent des fruits bleu foncĂ© très recherchĂ©s, ce sont des petites baies d’une saveur douce et lĂ©gèrement sucrĂ©e.
PrĂ©caution :Aucune n’est mentionnĂ©e Ă  ce jour.
Utiliser pour :Tonifie les vaisseaux sanguins, contre les jambes lourde, les varices, les hĂ©morroĂŻdes et les troubles capillaires, certains troubles de la vision vasculaires rĂ©tiniens, la composante vasculaire du glaucome, cataracte, la vision en basse lumière et rendent ainsi de prĂ©cieux services aux routiers et aux pilotes d’avion, antiseptiques et astringentes, lĂ©gèrement laxatifs, dans la colibacillose, l’entĂ©rite aiguĂ« et mĂŞme la fièvre typhoĂŻde, les diarrhĂ©es rebelles, en particulier pour traiter les diarrhĂ©es infantiles, cas d’irritation de la muqueuse buccale, troubles digestifs causĂ©s par certains antibiotiques (aurĂ©omycine, terramycine), restaurer la mĂ©moire, prĂ©vention de la dĂ©gĂ©nĂ©rescence de la macula, amĂ©lioration des fonctions motrices, protection des tissus du cerveau, prĂ©vention du cancer, prĂ©vention de l’athĂ©rosclĂ©rose, des crises cardiaques et des accidents vasculaires cĂ©rĂ©braux.
Divers :Bien entendu les myrtilles sont et resterons des fruits dĂ©licieux Ă  manger et bon pour la santĂ©, on les retrouves dans toutes les pâtisseries, glaces, yaourts, et bien d’autres encore, mais aussi associĂ© Ă  des plats salĂ©es.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Les myrtilles (bio antioxydant naturel puissant) sont des fruits produits par diverses espèces du genre Vaccinium (famille des Ericaceae). Ce sont de petites baies de couleur bleu-violacé à la saveur douce et légèrement sucrée.

Ă€ l’origine du nom et principalement, il s’agit de Vaccinium myrtillus, la myrtille commune, mais l’appellation peut Ă©galement se rapporter Ă  Vaccinium uliginosum, la myrtille des marais et Ă  plusieurs espèces amĂ©ricaines dont certaines sont cultivĂ©es (Vaccinium caespitosum, Vaccinium corymbosum, Vaccinium angustifolium, Vaccinium deliciosum, Vaccinium membranaceum, Vaccinium ovalifolium, Vaccinium myrtilloides, etc.).
Les myrtilles poussent sur le myrtillier.
Au sens botanique, les myrtilles appartiennent au groupe des airelles, terme utilisĂ© alors pour l’ensemble des espèces du genre Vaccinium.
Au sens culinaire, on fait la distinction entre les myrtilles (bleues et plutôt sucrées) et les airelles (rouges et plutôt acidulées).
Les myrtilles portent selon les régions divers noms vernaculaires : brimbelles, bleuets, etc.. mais au Québec on utilise généralement le terme de bleuets à la fois pour les fruits des Vaccinium angustifolium et Vaccinium myrtilloides, espèces sauvages exclusivement américaines et pour ceux du Vaccinium corymbosum cultivé.

Myrtille bio usages consommation vertus

Myrtille bio usages consommation vertus

Usages culinaires et recettes

Les baies peuvent ĂŞtre consommĂ©es fraĂ®ches ou ĂŞtre utilisĂ©es en pâtisserie pour confectionner des tartes et divers autres gâteaux. La tarte aux myrtilles est un dessert de saison traditionnel dans les rĂ©gions montagneuses d’Europe (Alsace, Massif central, Savoie, Vosges, massif ardennais, …). Le muffin aux myrtilles est un classique de la pâtisserie amĂ©ricaine.
Les myrtilles peuvent également être utilisées pour faire des confitures, des sirops, des sorbets, des tisanes, des eaux-de-vie, des liqueurs ou des vins.

Composition

C’est une des baies les plus lĂ©gères en sucres et en calories, sa richesse en fibres et en antioxydant lui confère des vertus coupe-faim, et elle est très diurĂ©tique.
Riche en vitamines hydrosolubles, acides citrique et malique, alcaloïdes indoliques, anthocyanosides (glucosides du delphininol, du cyanidol, du malvidol et du pétunidol), bases quinolizidiniques et tanins, elle possède des propriétés antiseptiques, antidiarrhéiques, antihémorragiques et antihéméralopiques.
C’est un des fruits les plus riches en antioxydants, quelle que soit la mĂ©thode de mesure utilisĂ©e.

Effet sur la vision

La preuve scientifique de l’action des myrtilles sur les pathologies oculaires remonte aux annĂ©es 1980. Les pouvoirs antioxydants de la myrtille sont Ă  l’origine des effets protecteurs et bĂ©nĂ©fiques sur la cataracte.

Effet sur la mémoire

Une propriĂ©tĂ© remarquable du jus de myrtilles est sa capacitĂ© Ă  restaurer la mĂ©moire des rats âgĂ©s : dĂ©montrĂ© par J.A.Joseph Ă  Boston, cet effet a Ă©tĂ© confirmĂ© depuis par d’autres Ă©quipes. On ignore encore si ce bĂ©nĂ©fice pour la mĂ©moire est reproductible chez l’Homme. Les chercheurs Ă©tudient des solutions thĂ©rapeutiques dans d’autres domaines (prĂ©vention des cancers ou maladies dĂ©gĂ©nĂ©ratives).

Risque

Echinococcose, danger des myrtilles sauvages : en mangeant, crus, des fruits sauvages contaminĂ©s par les dĂ©jections de renard, on risque d’attraper l’Ă©chinococcose alvĂ©olaire. Cette parasitose très grave est due Ă  Echinococcus multilocularis, un petit ver dont l’adulte parasite l’intestin grĂŞle du renard et qui peut contaminer l’homme. Très rare (15 cas par an en France), cette maladie est due au lent dĂ©veloppement du parasite dans le foie. Elle conduisait autrefois Ă  la mort, mais le traitement par l’albendazole en « stabilise » l’Ă©volution. En France, les cas se concentrent dans l’Est et le Massif Central ; on ne connaĂ®t presque aucun cas dans les PyrĂ©nĂ©es. La cuisson tue le parasite (confiture, tartes), mais aucun autre traitement, comme le lavage ou la congĂ©lation, n’est sĂ»r.

RĂ©glementation en France

La cueillette des myrtilles est rĂ©glementĂ©e en France, notamment dans les rĂ©serves naturelles. Les règlements, diffĂ©rents d’un lieu Ă  l’autre, Ă©voluent Ă©galement d’une annĂ©e Ă  l’autre. Ainsi, dans le parc naturel rĂ©gional des Ballons des Vosges, la cueillette est autorisĂ©e du 15 juillet au 15 dĂ©cembre pour une consommation familiale (2 kg par jour par personne). L’utilisation du peigne est tolĂ©rĂ©e dans la partie de la rĂ©serve situĂ©e sur les dĂ©partements du Territoire de Belfort, des Vosges. Il est interdit en Haute-SaĂ´ne. Dans les Hautes-Vosges, ce peigne est appelĂ© communĂ©ment riffle, tout comme la myrtille est appelĂ©e assez communĂ©ment “brimbelle” (qui pousse sur le “brimbellier”).


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La Myrtille bio antioxydant naturel puissant.

Indications
– augmente l’acuitĂ© visuelle,
– agit sur la diarrhĂ©e

Description
Plante vivace originaire de l’Europe, la myrtille est un petit arbuste d’une trentaine de centimètres. Ses feuilles, de couleur vert pâle, sont ovales. Il fleurit de mai Ă  juin en petits grelots d’un blanc-rosĂ©. Ses fruits, des baies du mĂŞme nom, sont d’un bleu sombre caractĂ©ristique. Ils sont charnus, acidulĂ©s et lĂ©gèrement sucrĂ©s.

Culture
La myrtille pousse invariablement dans les forĂŞts et les zones montagneuses. L’arbuste prĂ©fère les sols acides et bien drainĂ©s. On le retrouve d’ailleurs souvent sur des sites oĂą des feux de forĂŞt se sont produits.

La Myrtille biologique

La Myrtille biologique

Historique
Le nom botanique de la myrtille (Vaccinium myrtillus) viendrait du nom latin Vaccinus, “la vache”, animal apparemment friand de ces petites baies. Les baies de myrtille sont consommĂ©es depuis la prĂ©histoire et leurs propriĂ©tĂ©s thĂ©rapeutiques ont Ă©tĂ© vantĂ©es pour la première fois dès l’AntiquitĂ©, par Dioscoride, un mĂ©decin grec. Celui-ci la prĂ©conisait pour combattre les effets de la diarrhĂ©e. Depuis plus de 1 000 ans, diffĂ©rentes propriĂ©tĂ©s ont Ă©tĂ© attribuĂ©es Ă  la myrtille : soulager les symptĂ´mes du scorbut, faire baisser le taux de glucose sanguin chez les diabĂ©tiques… Traditionnellement, on dit que ces fruits agiraient sur les troubles de la circulation veineuse et sur certaines maladies de l’Ĺ“il. Mais, historiquement, ce que l’on retient surtout au sujet de la myrtille, ce sont ces aviateurs britanniques de la Royal Air Force qui consommaient des baies de myrtille pour aiguiser leur acuitĂ© pendant les vols de nuit.

Parties utilisées
Le fruit et la feuille de la myrtille sont utilisĂ©s pour leurs diffĂ©rents effets actifs. Mais, c’est surtout au fruit que nous nous intĂ©ressons.

Propriétés et actifs
La baie de myrtille renferme des tanins spécifiques qui ont un effet bénéfique sur la diarrhée et les spasmes intestinaux. Mais, cette baie est surtout riche en anthocyanosides. Ces pigments, qui lui donnent sa couleur pourpre intense, possèdent notamment de puissants effets antioxydants.

Actions
La baie de myrtille est conseillĂ©e pour amĂ©liorer la vision et agir sur divers troubles oculaires. Plus particulièrement, en contribuant Ă  augmenter la rĂ©sistance capillaire et en favorisant la rĂ©gĂ©nĂ©ration du pourpre rĂ©tinien, elle aide aussi l’Ĺ“il Ă  s’adapter correctement Ă  l’obscuritĂ© et Ă  la clartĂ©. La baie de myrtille est Ă©galement recommandĂ©e pour aider Ă  lutter contre la diarrhĂ©e. Son effet astringent serait dĂ» aux pigments qu’elle renferme. La baie de myrtille aurait par ailleurs une action sur la circulation sanguine. Elle aiderait notamment Ă  soulager les problèmes liĂ©s Ă  une mauvaise circulation.

Recherches internationales
D’anciennes Ă©tudes, menĂ©es après la Première Guerre mondiale, avaient donnĂ© des rĂ©sultats qui semblaient confirmer ce que les pilotes de la British Air Force affirmaient : la confiture de myrtille aurait amĂ©liorĂ© leur vision nocturne. Cependant, il est difficile de dĂ©terminer si ce constat Ă©tait ou non le rĂ©sultat d’un effet placebo. Plusieurs annĂ©es après, trois Ă©tudes portant sur 49 sujets normaux ont mis en avant le fait que c’Ă©tait l’extrait de myrtille (et non la confiture !) qui amĂ©liorait la vision nocturne et diminuait les effets de l’Ă©blouissement.

Contre-indications
Il n’existe pas de contre-indications Ă  la consommation de baies de myrtille.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Particularités du myrtillier bio antioxydant naturel puissant.

Poussant Ă  l’Ă©tat naturel en sous-bois dans les sols acides, le myrtillier (Vaccinum myrtillus) est un arbuste rampant produisant un petit fruit bleu mĂ»rissant en Ă©tĂ© ou en automne.
On peut cependant cultiver la myrtille dans son jardin mais elle exige un sol acide que l’on peut obtenir par un apport suffisant de terre de bruyère. Il est vivement conseiller de planter des cultivars disponibles dans les jardineries Ă  la fin du mois de novembre.
La myrtille prĂ©fère un coin ombragĂ© pour se dĂ©velopper Ă  l’abri des vents. Les cultivars peuvent atteindre un mètre de hauteur. On conseille de placer plusieurs pieds afin de favoriser la pollinisation croisĂ©e et la fructification.
Recherches entreprises sur les effets antioxydants des myrtilles
Les myrtilles, surtout lorsqu’elles sont sauvages, sont connues pour ĂŞtres riches en diffĂ©rents antioxydants.
Des chercheurs de l’US Department of Agriculture se sont intĂ©ressĂ©s en particulier au ptĂ©rostilbène, un antioxydant prĂ©sent dans les myrtilles très voisin du resvĂ©ratrol contenu dans les raisins et le vin. Leurs travaux, prĂ©sentĂ©s lors de la 228ème rencontre nationale de l’American Chemical Society, consistaient Ă  traiter des cellules hĂ©patiques de rats Ă  l’aide de diffĂ©rents composĂ©s.
Les chercheurs ont mis en Ă©vidence que le ptĂ©rostilbène possĂ©dait le plus fort potentiel d’activation des rĂ©cepteurs cellulaires impliquĂ©s dans la rĂ©duction du cholestĂ©rol et d’autres lipides. Cela procure des rĂ©sultats similaires Ă  ceux du ciprofibrate, mĂ©dicament utilisĂ© pour rĂ©duire le cholestĂ©rol LDL et les triglycĂ©rides, sans toutefois prĂ©senter les effets secondaires de celui-ci.
Cependant les chercheurs ne nous renseignent pas sur la quantitĂ© de myrtilles Ă  consommer pour obtenir un effet hypocholestĂ©rolĂ©miant suffisant mais ils font entrevoir les perspectives d’utiliser des extraits Ă  base de myrtilles.