Boutique Biologiquement.comLa myrtille biologique antioxydante (Vaccinium myrtillus)

  Posté par myrtille       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 3/5]

Originaire d’Europe et d’Asie, la myrtille bio antioxydant naturel puissant commune (Vaccinium myrtillus), est un sous-arbrisseau vivace et rampant, de 20 à 60 cm de hauteur.

Il forme des fourrés nains en dressant des rameaux verts et glabres, à section triangulaire et à angles très saillants. Ils portent des feuilles simples, caduques ovales et aiguës, finement dentées, d’un vert clair virant au rouge à l’automne avant de se détacher. D’avril à juin, s’épanouissent des fleurs à corolle globuleuse, rose ou blanc verdâtre, à lobes courts et renversés, solitaires ou par 2 à l’aisselle des feuilles. Le fruit est une baie comestible globuleuse, bleu noirâtre, légèrement pruineuse, à chair violette de saveur acidulée sucrée. Ils mûrissent à partir de juillet.

De la famille des Ericaceae, la myrtille est un hôte des sols siliceux, que l’on trouve dans les landes, les tourbières en voie d’assèchement et les forêts claires à humus brut, jusqu’à 2500 m d’altitude.

La myrtille commune porte de nombreux autres noms vernaculaires régionaux : airelle myrtille, gueule noire, mauret, brimbelle, raisin des bois, bleuet ou bluet. La plante est parfois appelée myrtillier ou arbrêtier.
Etymologiquement, la myrtille est une petite myrte, du latin myrtus lui-même issu du grec murtos. Malgré leur vague ressemblance, la myrte et la myrtille n’ont pas de proche parenté biologique.

Le nom de myrtille, qui désigne aussi bien le végétal que son fruit, se rapporte à l’origine uniquement à Vaccinium myrtillus, mais l’appellation de myrtille s’est étendue à d’autres espèces, notamment américaines, qui ont pu être développées en culture.

La myrtille biologique antioxydante (Vaccinium myrtillus)
La myrtille biologique antioxydante (Vaccinium myrtillus)

Usage traditionnel

Les fruits récoltés avec un peigne spécial sont d’abords utilisés comme alimentaire, puis très vite sont devenues des remèdes appréciés. Rafraîchissantes, toniques et anti-infectieuses, elles fournissent une excellente boisson pour les malades et les convalescents. Elles sont aussi utilisées contre la diarrhée, les fermentations intestinales, les aphtes et les hémorroïdes. Mais c’est surtout par leur action sur la sphère circulatoire et sur l’amélioration de la vision nocturne que les baies de Myrtilles ont acquis une telle réputation.

Pendant la guerre de 39-45, les médecins de la Royal Air Force, se fiant à un vieux remède de «bonne fame», conseillaient aux pilotes des escadrilles britanniques de manger beaucoup de myrtilles pour rendre leur vue plus perçante au cours des vols de nuit. La guerre terminée, les laboratoires pharmaceutiques ont étudié scientifiquement ces vertus particulières de la myrtille et en ont extrait un médicament contre la myopie et l’amélioration de la vision pendant la nuit.

Une fois encore, la recherche scientifique a confirmé l’empirisme

A maturité, les baies contiennent des pigments, les anthocyanosides (400 à 500 mg/100 g). Ces pigments, de couleur rouge sang, augmentent la résistance des vaisseaux et diminuent la perméabilité capillaire. (Facteur vitaminique P). Les flavonoïdes complètent cette action et apportent une action antiseptique et anti-inflammatoire à coté des composants phénoliques aux propriétés anti-oxydantes. Elles renferment également des polyols qui sont une arme dans la prévention de la carie dentaire et un moyen de stabilisation de certaines pathologies comme le diabète et l’obésité.

Autrefois, les baies de Myrtille étaient utilisées comme colorant pour teindre les étoffes en rouge. A l’époque Romaine, elles remplaçaient le rouge du pourpre réservé à la haute société. (autres plantes tinctoriales)

* Liqueur de myrtilles :

Faire macérer 250 g de baies dans un litre d’eau de vie pendant 20 j, au chaud. Remuer chaque jour, passer, filtrer.

Contre la diarrhée prendre une cuillerée à soupe le matin, à 16 h et au coucher.

Boutique Biologiquement.comMyrtille biologique superfruit antioxydant : Intérêt nutritionnel

  Posté par myrtille       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Pour une diversification savoureuse et utile Désaltérante (elle est riche en eau) et rafraîchissante (grâce à sa teneur modérée en sucres), la myrtille bio antioxydant naturel puissant est avant tout un fruit-plaisir, qu’il ne faut pas manquer de déguster en sa – courte – “pleine saison”.

Discrète en calories (pas plus de 45 kcal aux 100 g), elle sait se faire oublier dans l’addition énergétique. D’ailleurs, une petite portion de 80 ou 100 g suffit largement à accommoder une assiette de fromage blanc ou de crème à la vanille, ou encore à accompagner la tartine briochée… La congélation est une technique de conservation qui convient parfaitement à la myrtille, et qu’on peut lui appliquer sans qu’il soit nécessaire de lui ajouter du sucre : on peut donc, tout au long de l’année, profiter “au naturel” des qualités gustatives et nutritionnelles de ce petit fruit original et savoureux.

Des apports intéressants en substances protectrices La myrtille représente une source de choix de nombreuses substances protectrices. Elle fournit en effet des apports appréciables de vitamine C et de tocophérols (vitamine E), ainsi qu’une quantité record de flavonoïdes (ou “vitamine P”), dont les propriétés anti-oxydantes bénéfiques sont reconnues, notamment pour la santé cardio-vasculaire. Par ailleurs, sa densité en fibres est élevée, ce qui est aussi une caractéristique nutritionnelle favorable. Ainsi la myrtille, bien que consommée en général de façon assez ponctuelle, peut cependant jouer un rôle très utile comme aliment d’appoint à fort potentiel nutritionnel.

Myrtille biologique superfruit antioxydant : Intérêt nutritionnel
Myrtille biologique superfruit antioxydant : Intérêt nutritionnel

Myrtille : Son histoire ´´Brimbelle´´, ´´airelle noire´´, ´´vigne de l’Ida´´, ´´raisin des bois´´… Divers surnoms désignent la myrtille, petite baie noire bleutée ramassée dans les sous-bois des massifs français. Qui aurait d’ailleurs cru que cette sauvageonne puisse jouer un rôle lors de la seconde guerre mondiale ? On raconte que les bombardiers de la RAF aurait grandement amélioré leur vision nocturne grâce à la gelée de myrtilles… qui serait vite devenue ration quotidienne.

Myrtille : Sa production Le large genre Vaccinum auquel appartient les myrtilles comprend plusieurs autres espèces d’arbustes dont les canneberges, ces « cranberries » américaines traditionnellement servies en garniture de la dinde du thankgiving et les airelles européennes aux petits fruits rouges ou encore. Derrière la simple appellation de myrtille se cachent d’ailleurs diverses espèces. La myrtille sauvage (Vaccinum myrtillus) fait l’objet d’un ramassage de plus en plus marginal et localisé aux vieux massifs français tels que les Vosges, les Cévennes, le Limousin… Si les zones où pousse cette petite plante arbustive ne sont pas cultivées, elles doivent néanmoins être entretenues pour fournir une quantité suffisante de myrtilles. Celles-ci sont récoltées manuellement à l’aide de peignes puis sont vendues à des collecteurs qui assurent leurs tris par ventilation. Les petits fruits bleu-noir cachent une chair colorée (et tachante), un peu acide et très aromatique .

Les myrtilles cultivées en France encore appelées « myrtilles arbustives » ou « blueberrys » sont d’origine américaine. C’est en effet en 1908 que le docteur Cole sélectionnait, aux USA, (à partir des nombreuses espèces poussant spontanément dans la région des Grands Lacs) le myrtillier à gros fruits (Vaccinum corymbosum). Cet arbuste qui peut atteindre 2,5 mètres de hauteur fournit les « bleuets », baies dont l’épiderme bleu, recouvert de pruine, camouflent une chair blanche et non tachante et qui peuvent se conserver au moins 10 jours à 10°C. Cette culture, trop nouvelle en France pour connaître des problèmes phytosanitaires, ne nécessite pas de traitements chimiques. Attention de ne pas confondre ces fruits sucrés et parfumés avec les insipides « Rabbiteyes » (Vaccinum ashei) importés du sud des USA.

Myrtille : A savoir La couleur de la myrtille est due à ses anthocyanes. Parmi eux, on a identifié la cyanidine (le pigment des pensées bleues ou violettes), la delphinidine (présente également dans certaines variétés de cerises) et la malvidine (qui donne aussi sa couleur à la fleur de mauve). Les basses températures sont favorables à la synthèse des anthocyanes. C’est pourquoi les myrtilles qui poussent en altitude, ou dans des zones froides, ont une couleur particulièrement intense. La myrtille était utilisée dans la pharmacopée traditionnelle pour lutter contre les diarrhées (on confectionnait une décoction de myrtilles en faisant bouillir pendant 5 minutes une poignée de baies dans une tasse d’eau, avant de les écraser). Elle était également préconisée pour renforcer la vision.

Myrtille : Résumé La myrtille est modérément énergétique (50 kcal pour 100 g) et fournit des apports intéressants en vitamines et minéraux très variés. Les fibres (3 à 5 g pour 100 g) y sont particulièrement abondantes.

Plus spécifiquement, elle apporte aussi des substances protectrices efficaces : de la vitamine E en quantité importante (plus de 2 mg pour 100 g), de la vitamine C (20 mg pour 100 g) dont l’action est potentialisée par la concentration remarquable de flavonoïdes à activité dite “vitamine P” ou facteur C2. Les propriétés antioxydantes et antiagrégantes plaquettaires de ces flavonoïdes leur confèrent un rôle bénéfique pour la santé cardiovasculaire et contre le vieillissement cellulaire.

Boutique Biologiquement.comLa Myrtille biologique culture description histoire

  Posté par myrtille       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La Myrtille bio antioxydant naturel puissant.

Indications
– augmente l’acuité visuelle,
– agit sur la diarrhée

Description
Plante vivace originaire de l’Europe, la myrtille est un petit arbuste d’une trentaine de centimètres. Ses feuilles, de couleur vert pâle, sont ovales. Il fleurit de mai à juin en petits grelots d’un blanc-rosé. Ses fruits, des baies du même nom, sont d’un bleu sombre caractéristique. Ils sont charnus, acidulés et légèrement sucrés.

Culture
La myrtille pousse invariablement dans les forêts et les zones montagneuses. L’arbuste préfère les sols acides et bien drainés. On le retrouve d’ailleurs souvent sur des sites où des feux de forêt se sont produits.

La Myrtille biologique
La Myrtille biologique

Historique
Le nom botanique de la myrtille (Vaccinium myrtillus) viendrait du nom latin Vaccinus, “la vache”, animal apparemment friand de ces petites baies. Les baies de myrtille sont consommées depuis la préhistoire et leurs propriétés thérapeutiques ont été vantées pour la première fois dès l’Antiquité, par Dioscoride, un médecin grec. Celui-ci la préconisait pour combattre les effets de la diarrhée. Depuis plus de 1 000 ans, différentes propriétés ont été attribuées à la myrtille : soulager les symptômes du scorbut, faire baisser le taux de glucose sanguin chez les diabétiques… Traditionnellement, on dit que ces fruits agiraient sur les troubles de la circulation veineuse et sur certaines maladies de l’œil. Mais, historiquement, ce que l’on retient surtout au sujet de la myrtille, ce sont ces aviateurs britanniques de la Royal Air Force qui consommaient des baies de myrtille pour aiguiser leur acuité pendant les vols de nuit.

Parties utilisées
Le fruit et la feuille de la myrtille sont utilisés pour leurs différents effets actifs. Mais, c’est surtout au fruit que nous nous intéressons.

Propriétés et actifs
La baie de myrtille renferme des tanins spécifiques qui ont un effet bénéfique sur la diarrhée et les spasmes intestinaux. Mais, cette baie est surtout riche en anthocyanosides. Ces pigments, qui lui donnent sa couleur pourpre intense, possèdent notamment de puissants effets antioxydants.

Actions
La baie de myrtille est conseillée pour améliorer la vision et agir sur divers troubles oculaires. Plus particulièrement, en contribuant à augmenter la résistance capillaire et en favorisant la régénération du pourpre rétinien, elle aide aussi l’œil à s’adapter correctement à l’obscurité et à la clarté. La baie de myrtille est également recommandée pour aider à lutter contre la diarrhée. Son effet astringent serait dû aux pigments qu’elle renferme. La baie de myrtille aurait par ailleurs une action sur la circulation sanguine. Elle aiderait notamment à soulager les problèmes liés à une mauvaise circulation.

Recherches internationales
D’anciennes études, menées après la Première Guerre mondiale, avaient donné des résultats qui semblaient confirmer ce que les pilotes de la British Air Force affirmaient : la confiture de myrtille aurait amélioré leur vision nocturne. Cependant, il est difficile de déterminer si ce constat était ou non le résultat d’un effet placebo. Plusieurs années après, trois études portant sur 49 sujets normaux ont mis en avant le fait que c’était l’extrait de myrtille (et non la confiture !) qui améliorait la vision nocturne et diminuait les effets de l’éblouissement.

Contre-indications
Il n’existe pas de contre-indications à la consommation de baies de myrtille.

Boutique Biologiquement.comMyrtille bio histoire, culture, maladies et nuisibles

  Posté par myrtille       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 3/5]

Histoire de la Myrtille bio antioxydant naturel puissant.

La myrtille, autrement nommée « bleuet », a été découverte en Amérique du Nord. Étonnés d’apercevoir une fleur à cinq branches formant un astre, les amérindiens ont tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’un signe de Dieu pour améliorer la faim.

Véritable arme pour les pilotes de la Seconde Guerre Mondiale, ce fruit adoucissait leurs yeux et permettait de mieux voir la nuit. En 1920, les américains la cultivaient pour ses vertus médicinales dont la digestion. Ils les cueillaient en été, les séchaient, les conservaient dans une substance huileuse pour ne les consommaient qu’en période hivernale.

Au Japon, Ronald Prior découvre que la myrtille peut prévenir les risques de maladies de la rétine. Elle fut désignée comme « fruit de la vue ».

Aujourd’hui, on compte près de 150 espèces. Ce fruit est cultivé en grande quantité par des producteurs de fruits naturels. C’est le cas dans les montagnes de l’Ardèche, département le plus spécifique en France dans ce domaine.

Culture

Commencez par établir un trou d’une cinquantaine de centimètres de profondeur et un peu plus grand que les souches. Respectez les distances soit deux mètres entre les sillons et un mètre entre les semis.

Éliminez les racines qui sont endommagées, taillez le reste à un centimètre environ puis, trempez-les dans du pralin.

Préparez votre terre en ajoutant de la tourbe, du bois morcelé et de l’engrais.

Installez ensuite votre arbuste de telle façon qu’il se situe sur une butte de terre. Le point de greffe doit être juste au-dessus de la surface du sol. Rebouchez, tassez délicatement et arrosez les pieds en pluie.

La culture des myrtilles peut être réalisée en bacs, en haie, en potager ou en massif à côté de vos bruyères…

Astuce malin : La formation d’une cuvette autour du pied permettra durant l’arrosage, de diriger l’eau automatiquement vers le centre.

Entretien et récolte
Après la plantation, disposez un paillis de cinq centimètres d’épaisseur afin de conserver l’humidité du sol. Enlevez régulièrement les fleurs pour une bonne croissance des plants.

Au printemps, pratiquez un désherbage et amendez le sol si besoin.

À partir de la seconde année, taillez les arbustes en éliminant les parties abîmées. Ensuite, tous les deux ans, pratiquez une taille sévère au ras du sol pour donner de la vitalité aux pousses.

Soyez prudent au dessèchement des semis en période estivale…

Myrtille bio histoire, culture, maladies et nuisibles
Myrtille bio histoire, culture, maladies et nuisibles

Maladies et nuisibles

Très robuste, la myrtille a peu de réticences face aux maladies et insectes mais n’abusez pas de l’arrosage entraînant un surplus d’humidité car vos plants peuvent pourrir ou être attaqués par la rouille. Dans ce cas, drainez votre sol, aérez-le et ajoutez-lui des engrais. Vous pouvez utiliser un fongicide à base de pyraclostrobine ou boscalide.

Quant aux insectes nuisibles, la mouche blanche peut être combattue avec un bon insecticide. Méfiez-vous aussi des escargots et des toiles d’araignées qui entraîneront éventuellement des dégâts bénins.